Autobiographie brève de  Lucille

J'ai arrêté mes études à 16 ans.

"Ce sera la vie qui m'enseignera !"

J'avais posé haut et fort cette requête. Et La vie m'a enseignée.

Cela a été une grande chance car je n'ai pas été formatée trop longtemps.

J'ai ainsi expérimenté ma soif de liberté et de créations.

Pour me construire j'ai appris très tôt à me connaître... à respecter mon rythme... à circuler dans le labyrinthe.

Je ne dis pas que cela a été simple.

J'ai eu la place intérieure et mentale de découvrir ma médecine de vie.

J'ai tout reçu de la forêt. Directement.

Et la Mer m'a aussi beaucoup offert.

À commencer par ma résilience.

De la vendeuse de roses dans les rues de Brest à mes 20 ans, j'ai déployé mes danses Libres "Lulubelle, 7 ailes",

En a découlé, mes soins énergétiques, l'ouverture des chemins dans la forêt, la création d'ateliers

"danse liberté ", Ma guidance dans les huttes à sudation,

 

Et mes chants rencontrés avec la merveilleuse forêt de Haute Amazonie du Pérou.

Ce chemin dans la selva m'offre depuis 13 ans une belle complétude présente et à venir pour moi même, ceux qui m'entourent, mes accompagnements, et pour la Nature.

Tout l'espace pour ouvrir mon cœur face à la mort, face à la vie, face au vide, au milieu.

Je vis ma nature ! Mon hypersensibilité, ma médiumnité est mise au service de la communauté, du vivant, de l'art, de l'amour.

J'ai osé et j'ose. Engagée et intègre. Avec mes peurs, mes doutes, mes erreurs, mes échecs, mes redondances, mes blessures, mes oublies... Avec ma joie, mon calme, ma passion, l'amour, avec mon humanité et mon système végétale...

Ce sont les heures, les jours, les nuits, les mois, les années que je passe à contempler la nature, à écouter profondément dans toutes les directions. À me lover dans les mousses, à m'ouvrir aux étoiles, à danser et à aimer avec la Terre. À veiller le feu. À veiller,  les yeux grands ouverts. À être caresser, bousculer par les vents.

À garder, préserver...

À observer, à expérimenter, à valider, à construire. À prendre soin de moi et de mes enfants. À me dresser, encore et encore, toujours à être debout... À chanter, à danser, à rire,

À aimer... Oui des années, ma vie... avec douceur et patience"

Voilà pour aujourd'hui. Merci de m'avoir lu. De grands sourires

Association Champalarie, préservation-tr